Skip to content

Prat-Douané Jean Baptiste

22 décembre 2009
Prat-Douané Jean Baptiste militaire - archives familiales

Prat-Douané Jean Baptiste militaire – archives familiales

Une photo de Jean Baptiste en grande tenue, une croix de guerre 14/18, un certificat de délivrance de cette décoration lui appartenant m’ont relancée dans les recherches le concernant.
LA PHOTO a été prise pendant son service militaire dans les années 1909 à 1911.
Jean-Baptiste est assis sur une chaise derrière un prie-Dieu, accoudé sur celui-ci. Il tient à la main gauche un sabre et à la main droite son képi sur lequel est inscrit le numéro du régiment auquel il appartient le 24 ème. Le portrait est découpé en une forme ovale puis collé sur une autre photographie faisant office de décor. Jean Baptiste est représenté sur une scène de champs de bataille où figurent des canons. Sur une banderole figurent également le numéro de son régiment le 24 ème régiment d’artillerie.

LA CITATION du 3 septembre 1918 délivrée par Le lieutenant Colonel de Boissoudy commandant le 265 ème régiment d’artillerie indique :
Cité à l’ordre du régiment n°25 du 265 ème régiment d’artillerie du18 mai 1918
Jean Baptiste est désigné comme 2ème canonnier infirmier 9ème batterie 59ème régiment d’artillerie
Croix de guerre étoile de bronze
Infirmier courageux et dévoué s’est particulièrement distingué au cours des affaires des 20 et 29 avril 1918 en portant secours aux blessés sous le feu de l’ennemi.
Que c’est-il passé pendant cette période ? Où était-il ?
Le journal de marche du 59E RAC 9ème batterie : 26 N 1010/24 me donne une partie de la réponse.
AVRIL 18 La matinée est calme, mais dans l’après midi, l’ennemi déclenche un tir violent sur la batterie. Le Capitaine doit changer de P.C. Quelques minutes après son départ, un obus tombe dans la salle de travail détruisant les quelques instruments d’optique qui n’avaient pu être enlevés. Locre est violemment bombardé.
AVRIL 19 Tirs divers de harcèlement. L’ennemi envoie 9.9.150 aux environs de la ….
AVRIL 20 La batterie exécute de nombreux tirs et … à la défense du Mont Kemmel. Dans la soirée, l’ennemi tire quelques 77 et 88 sur la batterie. Un 88 tombe sur un abri tue les canonniers LABAT et MATHY, blesse grièvement DULOUT, GOURNAY, BARBE, TEISSEDRE et JOUGLA.
Dans la soirée, la batterie déclenche deux barrages.
AVRIL 21 La batterie sera relevée dans la soirée, mais elle ira ensuite occuper une position aux environs de Berthen. Le Capitaine, part en reconnaissance.
Divers tirs de harcèlement. L’aviation ennemie est très active. Vers 10 h, un avion boche mitraille par les anglais, tombe dans nos lignes.
La batterie est relevée à 20H par une batterie du 265ème. Nous allons cantonner à l’Abeele. Le sous lieutenant ROY rentre à l’état major du groupe.
AVRIL 22 Repas à l’Abeele. Le sous lieutenant OUNANCY est affecté à la batterie. Dans la soirée, la batterie va occuper la position reconnue à Berten (près la ferme Messethauck ? ) ; elle relève une batterie du 8ème. Les abords de cette nouvelle position sont violemment bombardés, notamment les routes.
AVRIL 23 La batterie reçoit ses nouvelles missions : barrage au Nord Est de Bailleul, contre préparations, harcèlements divers sur les carrefours et l’asile de Bailleul. Réglage et tirs d’interdiction.
AVRIL 24 Tirs de harcèlement et concentration. L’ennemi tire violemment sur Berten.
AVRIL 25 Tirs de harcèlement. L’ennemi tire des obus toxiques aux environs de la batterie. Dans la soirée tir de barrage.
AVRIL 26 Tirs de harcèlement. Dans la soirée, tir de destruction sur deux maisons situées à 600 mètres sortie de Meteren.
L’ennemi envoie 9.9 obus toxiques sur la batterie. Deux canonniers MARCHAND et ANGLARD intoxiqués, sont évacués. Le maréchal des logis LAROCHE est blessé accidentellement.
AVRIL 27 Tirs de harcèlement et de destruction dans Bailleul et ses environs.
AVRIL 28 Tirs de harcèlement. Dans la nuit, l’ennemi est très actif. Tirs de barrage. Un obus de 150 tombe devant la 1ère pièce. Quelques rais cassés, tambour de hausse percé.
AVRIL 29 Les artilleries françaises et allemandes sont encore très actives. La batterie est encadrée par du 150 et du 210. Le brigadier GANNE est blessé ainsi que les canonniers mitrailleurs CALMETS, DUCHOSSOIS et LECAS. Les canons des 2ème et 3ème pièces ont reçu de nombreux éclats.
La 7ème batterie a été très éprouvée par le bombardement boche. Les deux officiers sont tués : les lieutenants DEVENEAU et BAILLON.
SEPTEMBRE 3 A 9h30 prise d’armes. Le chef de groupe remet la croix de guerre à deux officiers belges et à divers canonniers du groupe.
Je sais maintenant que Jean Baptiste était canonnier infirmier, qu’il a participé à la défense du Mont Kemmel et qu’il a du voir la destruction des communes de BAILLEUL, BERTEN et METEREN. Les photos que l’on peut trouver sur internet, nous donne une image de la violence des combats. Un grand nombre de ses compagnons ont été intoxiqués par les obus toxiques.

Après la guerre Jean Baptiste a effectué toute sa carrière en tant qu’infirmier. Il a été employé à l’hôpital de Saint Maurice (94) où ont été soignées de nombreuses victimes de la grande guerre.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :