Skip to content

Apremont registres paroissiaux

4 janvier 2010

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager le document qui suit trouvé, par Michèle SERVEL(une amie), lors d’une visite aux archives diocésaines de Reims. Ce récit figure dans les registres paroissiaux d’Apremont en date de 1841. Le Curé de la Paroisse de St  Martin d’Apremont,  relate l’origine, le développement de sa paroisse et les mœurs de ses paroissiens.

Apremont -1 A.D  Reims 1841 ILLUSTRATION

STATISTIQUE HISTORIQUE DE ST MARTIN D’APREMONT
La paroisse de St Martin d’Apremont prend son nom de la nature de son site Asper mons. Il n’est titre, ni tradition quelleconque qui lui attribue d’autre dénomination.

Origine et développement de cette paroisse
Le château qui fut vendu vers 1795, fut bâti sur la montagne. Il n’avait pas d’importance monumentale. Il fut détruit ensuite et il n’en reste que les écuries, les granges et les prisons seigneuriales. On en a fait des maisons particulières depuis 1835. Ni la tradition, ni lhistoire n’ont laissé aucun fait mémorable sur la vie des seigneurs du lieu.
Les premiers bâtiments de cette petite communauté semblent ne s’être élevés d’abord que sur cette même surface, que pour facilité les rapports des habitans avec le château ; Cette communauté dotée, dit-on, par la reine Blanche de forêts magnifiques, parait des lors s’être un peu dévelopée. On éleva donc des bâtiments au bas de la côte et il y ait dès ce moment le haut et le bas Apremont. En 1550 le nombre des chefs de famille dépassaient déjà le nombre de 80. C’est ce que prouve le fameux procès que cette commune est à soutenir contre les habitans d’Autruy, Binarville, Lançon, Condé et de la mare Mare-au-bœufs ; cest par suite de ce procès quelle céda le 13 décembre 1550 au Duc de Lorraine, Seigneur de Clermont, Varenne, et au comte de Boussy Seigneur de Roje et Bricquenay, aussi seigneur d’Apremont, 300 hectares de bois. Elle ne conserva donc de sa belle dotation que les hectares de bois, quelle possède encore aujourd’huy.
Cependant cette commune s’est accrue avec la valeur progressive de cette propriété. Le développement de la forge de Chery, l’établissement d’un fourneau à Apremont vers 1825, Les forges de Montblainville, de Charpentrie, de Chepy, de Champigneuil, de Sennuc etc.. tout contribue à élever le prix, la valeur des bois. Les indigens s’y réfugiesent de toutes part. En 1830 on comptait 60 chefs de famille qui n’avaient d’autre propriété que la portion de bois que donnait la commune chaque année. L’ydustrie y trouva son élément. Ebauche à Paris, les charpentiers, les Meunuisiers, Les maçons, les Maréchaux y ont fait briller lendart, et ont donné de l’importance au pays.
La portion affouagere, qui fut jusqu’à lors d’une valeur de 50 à 80 … y attira les ouvriers les plus indignes des usines voisines. En sorte que depuis 1830 la population s’est accrue de plus de 62 chefs de famille.
Cependant il se fait chaque année des émigrations considérables qui n’ont pas empêché cette commune de reunir actuellement 204 chefs de famille. Des 80 chefs de familles qui habitaient Apremont en 1550, on n’y retrouve que 8 à 10 rejettons.
Ainsi la commune d’Apremont est composée de presquentant d’étrangers qu’elles à d’habitans.

NOTICE SUR LES MŒURS ..
En 1792 quelsques individus enrichis des dépouilles de leurs maîtres, quittèrent paris, vinrent s’établir à Apresmont. L’opinion est qu’ils ébranlèrent la simplicité de la foi de ce peuple. Le fait est que dès ce moment les ouvriers pensèrent à aller à Paris, et n’en revinrent que pour établir la St Lundi et y propager l’ivrognerie etc … Que les jeunes filles vont travailler tous les ans depuis pâque jusqu’à la moisson y perdant le peu de principes qu’elles ont reçus et n’en rapportent que l’impudence la plus éffrénée. Déjà profondément égarées les infortunés chrétiens ont au pouvoir en 1830 secouer le joug de la religion et de la foi et se dispenser non seulement de l’obligation de garder le Dimanche ni même d’assister aux offices publiques. Chaque nouveau venu y apporta de nouveaux scandales. La vertu, les mœurs, la probité et la religion disparurent avec les enciens habitans. Apremont n’est plus aujourd’huy qu’une petite Babilone. L’yvrognerie, l’impudicité, la probité, l’injustice, l’impiété, tous les vices y ont à l’ordre du jour. La raison particulière cest qu’il n’y à pas un homme qui puisse imposer à la masse du peuple.
Si la religion trouve quelques proselites dans la jeunesse elle a à soutenir la plus vive résistance de la part des pères et des mères qui ne voyent de bonheur par leurs enfants que dans les plaisirs.
La religion n’a pas moins à souffrir de l’autorité locale, qui en redoute la domination, la moindre influence.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :