Skip to content

Usine de fer Munaut Cornay Fléville 3

5 avril 2010

OPPOSITION DES RIVERAINS

Le 27 septembre 1855, plusieurs propriétaires de Chatel Chehery, demandent au Préfet de refuser à Joseph MUNAUT  l’autorisation d’établir sur le déversoir du canal de son usine un nouvel exhaussement pour augmenter la chute d’eau. Ils se plaignent de ce qu’en hiver l’élévation qui existe par son débordement  inonde déjà leurs propriétés. 

De nombreuses signatures sur ce document 

OPPOSITION HABITANTS CHATEL 27 septembre 1855

OPPOSITION HABITANTS CHATEL 27 septembre 1855

 

Une deuxième enquête est réalisée du 25 décembre 1856 au 10 janvier 1857  à la Mairie de Cornay signée par Pierre LAGARDE, Claude Jean Baptiste HESMIN,Marguerite CAUTEL veuve HESMIN, Auguste GERARD DE MELCY, Jules GERARD DE MELCY, PETIT CHENET, Nicolas QUILLAUX LADURELLE, Jean Médard LALOUETTE . 

Le  Maire de CORNAY appui leurs réclamations. Il demande que Monsieur MUNAUT soit mis en demeure de faire tout de suite le pont qu’il doit construire en aval de son usine au gué du  chemin de Cornay à FLéville  et à la route impériale attendu que par le fait de ce Maitre de forge, le passage est devenu impraticable. 

Plainte également des habitants de Chatel,  le 9 janvier 1857 avec appui également du Maire. Celui-ci,  certifie le 11 janvier  que le garde champêtre lui signale qu‘au moment de la légalisation des signatures les eaux sont sorties du lit de la rivière et couvrent certaines propriétés voisines dans une étendue de quarante mètres. 

SECONDE PLAINTE 9 JANVIER 1857

SECONDE PLAINTE 9 JANVIER 1857

 

 

 

 

 

SECONDE PLAINTE 9 JANVIER 1857 SIGNATURES

SECONDE PLAINTE 9 JANVIER 1857 SIGNATURES

                                                                                                                                                                                                                                                       Le 26 mars 1857 Joseph MUNAUT s’engage à faire les travaux que l’administration jugera utiles dans l’intérêt des plaignants, soit en les indemnisant en argent ou en surface de terrain d’équivalente valeur (sur la rive gauche ou sur la rive droite du canal alimentaire de son usine). Mrs QUILLAUX LADURELLE, LAGARDE Pierre, Mr PETIT CHENET, Mme Ve HESMIN, Mr HESMIN Jean Baptiste renoncent à leur opposition.

RENONCIATION OPPOSITION RIVERAINS

RENONCIATION OPPOSITION RIVERAINS

Les rapports des ingénieurs en date du 15 et 26 février 1858 indiquent que les réclamations de tous les opposants ont été examinées excepté celle du Sieur ESTENNEVIN qui  ne possède aucun terrain aux abords de la retenue. Celle de  Jean Médard LALOUETTE  de Fléville propriétaire riverain du ruisseau des coquilles en aval du petit déversoir ne concerne uniquement que le mauvais état de ce petit déversoir qui doit être réparé. Elle n’a donc pas été retenue.

REQUETE LALOUETTE Jean Médard

REQUETE LALOUETTE Jean Médard

Le 5 mai 1858, le Préfet autorise Joseph MUNAUT à modifier son usine et fixe les conditions qu’il devra respecter. Il renonce à établir les lavoirs et le bocard sur le bief inférieur et s’engage à établir le pont réclamé par les Maires de Cornay et Fléville.          

Le décret est publié par le Conseil d’Etat le 24 mai 1859 n° 342.

A suivre ……

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :