Skip to content

Actes étonnants – noyade Marie Magdelaine FLAMAIN

14 avril 2010

Décidémment beaucoup de noyades dans les registres  !

Michèle S. a découvert le décès d’une jeune fille de 15 ans par noyade dans les registres d’état civil de  BAULNY 1792-1802 page 28/88

DECES DE MAGDELAINE FLAMAIN du 17 Messidor

PROCES VERBAL DU JUGE DE PAIX DU LIEU DU CANTON DE VARENNES

Aujourd’hui dix sept Messidor an hui t de la République française une et indivisible. Les deux heure de relevé, Nous Nicolas GROPOIX Juge de paix et Officier de police judiciaire du Canton de Varennes y résidant Soussigné. A la réquisition du Citoyen François LADURELLE adjoint de la Commune de Baulny et y faisant les fonctions de Commissaire de police en cette qualité nous somme transporté en la Commune didit Baulny ou étant dans a Maison de la Veuve Jacques FLAMAIN situé au dessus de l’église avons trouvé ledit Commissaire de police lequel nous a déclaré qu’ayant appris que l’on avait trouvé un cadavre dans la rivière au dessous de Baulny en lieudit le port il si étais transporté accompagné du Citoyen GAILLARD Maire et du Citoyen Jacques AUBRIET Sieur secraitaire que la ils avaient effectivement trouvé un Cadavre qu’ils ont présumé être celui d’une fille a son visage et a ses vetement, qu’information faite par eux à qui cette fille appartenait, la Citoyenne Claudine Adelaide DUGUE Veuve Jacques FLAMAIN qui était sur les lieux leur a déclaré que de cadavre était celui de Marie Magdelaine FLAMAIN sa fille agé de quinze ans six mois ainsi quelle la reconnue fort bien par sa figure et ses vetement que s’était prévenue que le quinze du présent environ les dix heure du matin la ditte fille étant sur le bord de la rivière s’étant laissé tombé dans une fosse de la ditte rivière que depuis ce moment elle en avait fait faire plusieurs fois la recherche et quelle venait enfin d’être retiré de l’eau par le secour du Citoyen Jean FORET le jeune et de Jean MASSENET tout les deux Bourgeois de Baulny, pour quoi n’ayant pas présumé que cette mort ait une autre cause qu’une cause purement accidentelle, ledit Commissaire de police accompagné comme dit est avait jugé à propos de permettre la translation du cadavre dans la maison et domicile de la ditte Veuve Jacques FLAMAIN sa mère et que de toute leurs opération il s’tait réservé nous en faire leurs déclarations comme il le font par ses présentes et ont signé lecture faite GAILLARD Maire, LADURELLE adjoint, AUBRIET Secraitaire ; Et de suite étant dans laditte maison toujours accompagné du citoyen commissaire de police, somme entré à son indication dans une place à droite de la cuisine dans laquelle nous avons trouvé gisant sur un lit un cadavre que ledit commissaire de police nous a déclaré être le même que celui mentionné d’autre part et qui avoit été déposé sur le même lit en sa présence. A l’instant avait interpellé laditte veuve Jacques FLAMAIN de nous déclarer si elle reconnaissait ledit cadavre pour être celui de Marie Magdelaine FLAMAIN sa fille et si elle avait quelque renseignement sur les cause de sa mort elle nous a répondu quelle reconnaissait ledit cadavre pour être réellement celui de laditte Marie Magdelaine FLAMAIN sa fille et quelle n’avait aucun renseignement à nous donner de sa mort sinon que cejourd’huy vers midi après plusieurs recherche et perquisition faiite de sa part elle l’avait vu retiré de l’eau par ledit FORET, et MASSENET, lecture a elle faite de ses déclarations y a persisté et a signé Veuve FLAMAIN Sur quoi juge de paix et officier de police judiciaire susdit et soussigné à vous requis Le Citoyen Jerome SASSET Officier de Santé à la résidance d’Apremont et présent à la rédaction des présentes de faire la visite et examiner de l’état dudit cadavre et visite et reconnaissance par lui faite nous a déclaré n’avoir reconnu simptome de convultion, plaie qui ait donnée lieu à sa mort, en conséquence j’estime quelle est morte noyé. Lecture a lui faite de la déclaration a affirmé quelles étaient sinceres et véritable et a signé lecture faite SASSET. En conséquence avons remis le cadavre de la dite Marie Magdelaine FLAMAIN entre les mains de ladite Veuve FLAMAIN sa mère que nous avons autorisé à faire son inumination conformément au lois existante et avons signé avec notre greffier ordinaire les jours et an que dessus GROSPOIX, JOURDAIN greffier

FLAMAIN Marie Magdelaine

FLAMAIN Marie Magdelaine

 

FLAMAIN Marie Magdelaine suite

FLAMAIN Marie Magdelaine suite

 

FLAMAIN Marie Magdelaine fin

FLAMAIN Marie Magdelaine fin

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :