Skip to content

Grégoire LOPEZ – Lucien JACQUES

9 juin 2010

Dans le cadre de l’exposition du cercle généalogique, le vendredi 11 juin, nous aurons la chance d’entendre Mr Grégoire LOPEZ. « Le cordonnier d’Alfort et Saint Crépin patron des Cordonniers ». J’ai quelques regrets, qu’il n’exerce plus, aujourd’hui. Comme Maurice L., j’aurais aimé pouvoir m’asseoir sur le tabouret, dans sa boutique pour l’écouter me parler de son métier. J’attends avec impatience son intervention vendredi. Je ne peux m’empêcher d’associer Mr Grégoire LOPEZ à Lucien JACQUES. Ce dernier est né en 1891, à Varennes en Argonne (Meuse). Il est fils et petit-fils de cordonniers Sa famille s’installe en 1896 à Paris, pour éviter de laisser seul son frère aîné qui entre en apprentissage chez un joaillier. Pendant la guerre 1914 – 1918, il est brancardier au 161ème régiment d’infanterie. Après sa démobilisation, il ouvre une boutique à Saint-Germain des Près. Il y tisse, dessine, grave, écrit. Pour des raisons de santé, il quitte Paris pour Grasse (Alpes de Haute Provence), en 1922. C’est là qu’il fait la connaissance de Charles VILDRAC, avec lequel il restera très lié. Il accepte de tenir une « chronique de l’artisan » dans le revue mensuelle « La Criée ». Dans le numéro 8  des « Cahiers de l’artisan » sera publié le premier GIONO.  Giono, est lui-même fils de cordonnier. C’est le début d’une longue amitié. Après avoir vécu de 1945 à 1955, à Montjustin, dans les Alpes de Haute Provence, il s’installe à Gréoux les bains.

Lucien JACQUES Yvon et Jacky MICHEL dans l'échoppe de Gréoux

Lucien JACQUES (à droite) Yvon et Jacky MICHEL dans l’échoppe de Gréoux

Il se lie d’amitié avec Yvon MICHEL, le cordonnier de Gréoux, fils de cordonnier comme lui et Giono. Il est à la fois peintre, poète, danseur, sculpteur, tisserand, graveur, illustrateur, éditeur, chroniqueur. Il est décédé à Nice en  1961 et enterré à Montjustin. Ce Meusien est devenu une figure de la Haute-Provence. Dans un inédit écrit en 1957 Lucien JACQUES évoque les cordonniers. Deux extraits : « Les maisons de mon enfance étaient des maisons d’odeurs. Elles sentaient les travaux champêtres et l’artisanat, le cuir, les champs mais plutôt les vergers et les vignes que les champs. » « Un siège est toujours près du cordonnier au travail. Heureux sont ceux qui y ont droit. D’abord c’est un honneur qu’il vous fait de se laisser regarder travailler et si vous ne le sentez pas, vous êtes qu’un jean foutre et puis c’est un régal la plaque de cuir devenant semelle, cousue, clouée, ou collée, parée. » Lucien JACQUES réalisera également une aquarelle  « la cordonnerie » représentant l’atelier d’Yvon MICHEL au Gréoux.

AQUARELLE de Lucien JACQUES représentant l'atelier d'Yvon MICHEL au Gréoux

AQUARELLE de Lucien JACQUES représentant l’atelier d’Yvon MICHEL au Gréoux

Sources : –           Bulletin n°1 « association des Amis de Lucien Jacques » 10 rue vieille fontaine  04800 GREOUX LES BAINS Jacky.michel@sfr.fr –          Bulletin n°2 « Terres d’Argonne » Société historique culturelle de Varennes en Argonne et ses environs 55270 VARENNES EN ARGONNE terres-d-argonne@neuf.fr –         Illustrations  :  Jacky MICHEL

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :