Skip to content

Encore les vainqueurs de la Bastille !

17 septembre 2010

Gallica est une source d’informations impressionnante.

Je vous fais part, aujourd’hui d’un recueil de lois relatives aux vainqueurs de la Bastille.

« Le 19 juin 1790, l’Assemblée nationale décrète qu’il sera fourni, aux dépens du trésor public, à chacun des Vainqueurs de la Bastille en état de porter les armes, un habit et un armement complet, suivant l’uniforme de la Nation ; que sur le canon du fusil, ainsi que sur la lame du sabre, il sera gravé l’écusson de la Nation, avec la mention que ces armes ont été données par la Nation, à Tel, Vainqueur de la Bastille, et que sur l’habit, il sera appliqué, soit sur le bras gauche, soit à côté du revers gauche, une couronne murale : qu’il sera expédié à chacun desdits vainqueurs de la Bastille un brevet honorable, pour exprimer leur service, et la reconnaissance de la Nation, et que, dans tous les actes qu’ils passeront, il leur sera permis de prendre le titre de Vainqueurs de la Bastille.

Les Vainqueurs de la Bastille en état de porter les armes, feront tous partie des gardes nationales du royaume ; ils serviront dans la garde nationale de Paris ; le rang qu’ils doivent tenir sera réglé lors de l’organisation des gardes nationales.

Un brevet honorable sera également expédié aux Vainqueurs de la Bastille qui ne sont pas en état de porter les armes, aux veuves et aux enfans de ceux qui sont décédés, comme monument public de la reconnaissance et de l’honneur dû à tous ceux qui ont fait triompher la liberté sur le despotisme.

Lors de la fête solennelle de la Confédération du 14 Juillet prochain, il sera désigné, pour les Vainqueurs de la Bastille, une place honorable, où la France puisse jouir du spectacle de la réunion des premiers conquérans de la liberté.

L’Assemblée Nationale se réserve de prendre en considération l’état de ceux des Vainqueurs de la Bastilles auxquels la Nation doit des gratifications pécuniaires, et elle les leur distribuera aussi-tôt qu’elle aura fixé les règles d’après lesquelles ces gratifications doivent être accordées à ceux qui ont fait de généreux sacrifices pour la défense des droits et de la liberté de leurs concitoyens.

Le tableau remis par les Vainqueurs de la Bastille, contenant leur nom, et celui des commissaires choisis parmi les représentans de la Commune qui ont présidé à leurs opéations, et qui sont compris dans le présent décret avec les Vainqueurs, sera déposé aux archives de la Nation, pour y conserver à perpétuité la mémoire de leur nom, et pour servir de base à la distribution des récompenses honorables, et des gratifications qui leur sont assurées par le présent décret. »

Dans un décret du 25  juin 1790 l’assemblée nationale accepte la renonciation des Vainqueurs de la Bastille aux distinctions qui leur avaient été accordées par le décret du 19 juin 1790.

La Loi du 19 novembre 1790, met sous la surveillance et les ordres du roi toutes les dépenses assignées sur la trésor public, et contient des dispositions pour l’habillement et l’armement des Vainqueurs de la Bastille.

Egalement dans ce recueil la loi du 25  décembre 1791 relative aux récompenses pécuniaires accordées aux Vainqueurs de la Bastille ou à leur veuves.

Pension aux Blessés :

quatre cents livres de gratification

Bénéficiaires :

Etienne GEORGET, Jean-Pierre-Augustin BELLOT, Jean-Frédéric ARNOLD et SOISSONS

Pension aux estropiés deux cents livres

Bénéficiaires :

 Nicolas RIBLA, Bernard DESPLANQUE, Thomas GILLE, Michel Ambroise SERVAIS, Charles-Claude COUTURE, Côme DEVIS, Jean-Baptiste GAGNEUX, Nicolas EGELLE, Bernard COLLET, Joseph PEIGNET, Henri VILLARS, Toussaint GROSSAIRE, François VERRIERE, Michel BEZIER, François TURPIN, Jacques BERTHELOT, Antoine DUVIGNEAU, Pierre Jacques Nicolas POIRION, Marin GOUTARD, Eloi François PALETTE, Jean Baptiste QUARTERON, Michel Etienne GUEUDIN, François Augustin LAVALLEE, Pierre Louis CABERTet Joseph THEVENIN.

A cette liste d’hommes estropiés est ajoutée Marie CHARPENTIER, femme HANCERNE qui a combattu avec les hommes et devait recevoir également deux cents livres de pension.

Pension aux veuves cent cinquante livres.

Bénéficiaires :

Les veuves POIRIER, BERTRAND, BLANCHARD, PROVOST, BOUTILLON, ROUSSEAU, GRIVALET, BEGART, RENAUD, SAGOT, DAVID, ESSARES, COCHER, LEVASSEUR, GOURMI, DESNOUS, FOULON, COURANCA.

Leurs enfants de moins de 20 ans devaient toucher cent livres chacun par an jusqu’à leurs 20 ans et lors de leur mariage ou à leur majorité mille livres.

Marie PLAISIR, dont le père est mort des blessures reçues pendant le siège devrait recevoir cent cinquante livres chaque année.

Egalement, bénéficiaires de pensions les deux enfants de XXXX QUENTIN tué au siège de la Bastille,  cent livres chacun jusqu’à l’âge de vingt ans et mille livres également lors de leur établissement par mariage ou de leur majorité.

 Vous pouvez voir un Diplôme de vainqueur de la Bastille sur le site  « Histoire par l’image »

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :