Skip to content

Ovide BRIERRE mort pour la France 1914 – 1918

29 mars 2011

Internet nous permet  de faire des rencontres sympathiques. C’est le cas de celle avec Françoise. Nous avons vécu pendant des années à quelques kilomètres de distance et c’est sur Internet que nous nous sommes connues. Ce qui nous a rapprochées ? La recherche du vécu de nos ancêtres pendant la guerre 1914 – 1918.

Je vous ai déjà parlé à deux reprises d’Ovide Léon BRIERRE. Une première fois dans un article racontant mes recherches sur les victimes de la guerre à Montblainville.

Ovide BRIERRE figurait en tête de la liste nominative des militaires morts et disparus au cours des hostilités de la commune de Montblainville conservée aux archives du département de la Meuse.

Ovide Léon BRIERRE classe 1892 exerçant la profession de mouleur.

Malgré la consultation des relevés effectués par les bénévoles de l’association Meuse Archive, je n’avais pas trouvé grand-chose.

Né à Apremont, au début de la guerre il avait déjà 42 ans, s’était marié le 9 avril 1901 à Montblainville avec Marie Louise CANNEAUX originaire de la commune. Rien de plus.

Pourquoi le nom d’Ovide BRIERRE ne figurait pas sur le monument  aux morts ?

Françoise m’a contactée. Elle m’a raconté  les propos de son papa, sur le parcours de son grand oncle Ovide BRIERRE. « Forgeron à l’usine d’Apremont, il aurait travaillé aux forges de Pompey, puis malade se serait replié à Romans dans la Drôme où il serait décédé. Son épouse disait que sa  tombe était entretenue par le souvenir Français ». En plus de ces informations, Françoise m’a transmis une photo de la sortie des usines d’Apremont sur laquelle figure Ovide BRIERRE.  C’est à cette occasion que je vous avais parlé pour la seconde fois de lui.

Ovide BRIERRE

 

Les premières recherches de Françoise à Montblainville, Apremont et Romans n’ont pas été concluantes. Mais sa ténacité lui a permis d’aboutir. Internet lui a permis de découvrir  un carré militaire 14 18 au vieux cimetière de Romans.  La mairie de Romans questionnée lui a adressé l’extrait d’acte de décès d’Ovide BRIERRE.

Né le 15 février 1872 à Apremont (08), sergent mobilisé au 44e territorial d’infanterie en garnison à Laval (Mayenne), décédé « mort pour la France » à l’hospice de Romans (Drôme) le 11 mars 1917,
domicilié à Pompey (Meurthe et Moselle) avec M. Louise Caneaux, son épouse.

A partir de ce moment tout a été très vite. Bien qu’Ovide BRIERRE ne soit pas été identifié comme « mort pour la France », l’administrateur du site « mémoires des hommes »   a pu lui fournir des renseignements complémentaires   :

–  L’origine de son décès : maladie.

 – Détaché aux usines de Pompey,

 – Domicilié à Pompey,

– Son numéro matricule au bureau de recrutement de Reims.

La fiche transmise est extraite du fichier des soldats n’ayant pas obtenu la mention.

Puis elle a découvert sa tombe au cimetière de Romans  sur le site Romans historique. Les rédacteurs consacrent une page  aux « Poilus de la première guerre mondiale ».

carre-militaire-076 BRIERRE Ovide

carre-militaire-076 BRIERRE Ovide

Beaucoup d’émotion pour Françoise qui souhaite maintenant que son nom soit ajouté dans la base « mémoires  des hommes » du Service Historique de la Défense et aller se recueillir sur la tombe de son grand oncle.  

Elle aimerait en savoir encore plus en contactant le Service des Archives Médicales Hospitalières des Armées. Cet organisme conserve toutes les archives relatives aux soins médicaux et à l’hospitalisation des soldats pendant la guerre 1914-1918.

SAMHA

23 Rue de Châteauroux
Boîte-Postale n° 21105
87052 LIMOGES Cédex 2

Téléphone: 05.55.12.12.46
Télécopie: 05.55.12.12.57

Advertisements
3 commentaires leave one →
  1. Françoise DEVEAUX permalink
    29 mars 2011 14 h 04 min

    Merci encore pour ce bel article
    qui va peut être m’ouvrir d’autres portes !

  2. 29 mars 2011 16 h 55 min

    Nos échanges m’ont beaucoup apporté.
    J’ignorais que le site Mémoires des Hommes avait un fichier des militaires qui n’avaient pas reçu la mention « mort pour la France »
    J’ignorais également que l’on pouvait trouver sur Reims le recrutement de militaires du canton de Grandpré.
    Je ne connaissais pas le site « Romans historique », je vais l’ajouter à mes favoris.
    J’espère que nous allons continuer, peut-être en recherchant d’autres informations sur Marie Nicolas LEGAND (né à Apremont, pontonnier de la garde impériale, dernier gradé survivant du passage de la Bérézina en 1812 -2 m 06- chevalier de la légion d’honneur).
    En attendant ,je vais essayer de me mettre à la cuisine en confectionnant ungateau mollet.
    Amitiés
    Michèle

Trackbacks

  1. Hommage Ovide BRIERRE et Morts pour la France en Afrique du Nord à Apremont « Histoire de famille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :