Skip to content

Fleury devant Douaumont découverte des corps de 10 soldats de la guerre 14 – 18

31 mai 2013

Fleury devant Douaumont l’un des 9 villages détruits lors de la bataille de Verdun découverte  de 10 corps de soldats français décédés pendant la première guerre mondiale.

Voir l’article de l’Est Républicain

C’est sans doute la découverte la plus importante en Meuse de corps de soldats français de la Première Guerre mondiale depuis celle d’Alain-Fournier et de ses compagnons d’armes en 1991 à Saint-Remy-la-Calonne.

Hier, les fouilles entamées quelques jours plutôt à l’emplacement d’une ferme du village détruit de Fleury-devant-Douaumont ont permis de mettre au jour jusqu’à présent, dix corps de Poilus morts durant la bataille de Verdun et d’en identifier cinq grâce à la plaque qu’ils portaient autour du poignet. Un fait rarissime. Et ce à la veille du Centenaire de la Grande Guerre.

Ce sont des touristes allemands qui avaient découvert mardi des ossements affleurant et qui avaient donné l’alerte.

« Ils revivent d’une certaine manière »

Hier toute la journée, les gendarmes de la brigade de Verdun avec les employés de l’Ossuaire et son directeur Olivier Gérard ont ratissé une bande de terrain de quelques mètres carrés. L’émotion était à son comble quand un objet personnel refaisait surface parmi les ossements brisés. Des porte-monnaie contenant des pièces en argent, des culots de pipes, un briquet, un peigne, une paire de ciseaux, des couteaux de poche, les croix de chapelets, une médaille de communion, un livret militaire et un carnet miraculeusement conservés, une bague, un crayon, ou encore deux montres qui marquaient 11 h 07 et 11 h 14, sans doute l’heure approximative du bombardement de l’endroit.

Car selon les premiers éléments, le lieu était « un poste de secours. Les soldats sont morts sur le champ de Bataille et ont été entreposés ici. Il n’y a pas d’armement, que de l’équipement personnel. Les papiers ont été faits puisqu’ils sont déclarés tués à l’ennemi, mais les corps n’ont pas été retrouvés », explique Yves Le Clair, procureur de la République de Verdun. Des obus ont dû tomber sur l’endroit ensevelissant les dépouilles.

Les dates de décès s’échelonnent entre le 28 mars et le 5 avril 1916 et correspondent « à la bataille du Ravin de la Caillette et de l’Étang de Vaux », confie Olivier Gérard, ému de pouvoir identifier les corps. Les plaques d’identification « c’est ce que l’on cherche. Ils revivent d’une certaine manière. Ce sont des corps qui sortent de l’anonymat ». Même constat pour Jean-Pierre Laparra, le maire de la commune qui souhaite demander la médaille de Verdun pour les soldats identifiés. Pour l’heure, une enquête est ouverte pour « découverte de restes humains ». Outre le commandant Le Trong, commandant la Compagnie de Verdun et le colonel Cléton, patron des gendarmes de la Meuse l’adjudant Beaune, officier de police judiciaire était présent : « On trie ce qui appartient à chaque Poilu », explique-t-il. Des objets placés dans de petits sacs en plastique et soigneusement pris en photo. Un PV est dressé pour chaque découverte de corps.

Le service des Sépultures militaires va être contacté pour la recherche des éventuels descendants. Les brigades de gendarmerie du lieu de naissance des Poilus vont chercher à retrouver leur famille. Si les descendants ne souhaitent pas récupérer le corps et s’il est identifié, il rejoindra la nécropole de Fleury sous une croix blanche. S’il n’est pas identifié, ses restes seront déposés dans l’Ossuaire.

Cinq ont été identifiés grâce à la plaque qu’ils portaient autour du poignet   :

Jean Caillou né à Cestas en Gironde. 360e RI. Mort le 28 mars 1916 à Fleury

Albert Hennequin né à Garches. 269eRI. Mort à Douaumont le 31 mars 1916

Albert Le Bœuf du Calvados. 279e RI. Mort à Douaumont le 29 mars 1916

Jules Letellier de Saint-Pierre-Lavis (76). 129e RI. Mort le 5 avril 1916 à Fleury

Charles Louis Desplanques d’Armentières. 360e RI. Mort le 28 mars 1916 à Fleury

Si des membres de la famille reconnaissent un des leurs, ou des associations ou des maires du lieu de naissance, ils peuvent contacter le Numéro Vert mis en place par la gendarmerie de la Meuse : 0800 007 802.

Merci à Annie Guillemin et Gaby Dalmau d’avoir partagé cette information.

Publicités
7 commentaires leave one →
  1. 1 juin 2013 7 h 00 min

    Les recherches se sont poursuivies tout au long de la journée. Elles reprendront lundi.
    19 h 50 : en tout, 26 corps ont été retirés du site de Fleury-devant-Douaumont. Les travaux d’identification reprennent lundi.

    16 h : un sixième corps retrouvé sur le terrain a été identifié : il s’agit d’un corse du 140e RI mort en mai 1916. Un 7e corps a ensuite été identifié grâce à sa plaque. Il est du 49e RI, de Bayonne et mort le 31 mai 1916 à Fleury.

    15 h : le tri des ossements des poilus retrouvés à Fleury se poursuit. Il y aurait au moins 20 corps.

    10 h 45 : ce matin le corps d’un onzième Poilu vient d’être découvert. Fredéric Adam, archéologue, anthropologue à l’INRAP de Metz examine les ossements.

    • morel josette permalink
      3 juin 2013 16 h 15 min

      En effet ce corps identifié et appartenant au 49 RI de Bayonne est celui de Jean PEYRELONGUE
      natif de Briscous dans le .
      Je suis sa petite fille et je suis très heureuse de cette découverte.

      • 3 juin 2013 21 h 57 min

        Merci pour l’identification du 7ème corps. Je viens de lire l’article de l’Est Républicain relatant votre émotion. J’aimerais mettre en évidence votre témoignage. Avez-vous une photo de votre grand père ? J’ai été également très émue par cette découverte. Beaucoup de personnes sont encore dans l’interrogation sur la disparition de leurs parents pendant cette guerre.

    • Levergeois permalink
      10 juin 2013 22 h 44 min

      Cette découverte m’a redonné le faible espoir de retrouver mon grand-oncle Edmond Brahy, mort durant cette guerre et dont j’ai encore une photo issue de ma grand-mère. Celle-çi a appelé mon père Edmond, né en 1919, en son souvenir. En fait, ma grand-mère n’a jamais su où son frère était mort. Les noms des soldats identifiés que j’ai consultés ne correspondaient pas malheureusement à mon grand-oncle… Mais, au cas où…, je me permets de vous laisser mon adresse courriel.

  2. Pouvreau permalink
    7 février 2014 19 h 11 min

    Cette decouverte redonne espoir deux de mes oncles sont mort pendant la guerre 14 18 un seul a été retrouve et nous avons retrouve sa tombe, le disparu se nomme joseph Chantepie ne a Durtal maine et loire le25 juin 1887

    • 10 février 2014 9 h 40 min

      Je vous adresse sa fiche matricule sur votre boîte de messagerie. Apparemment il n’est pas décédé le 30 mars 1917. Que c’est-il passé après ?

Trackbacks

  1. Inhumation à Douaumont de 24 des 26 soldats de 14 – 18 découverts à Fleury devant Douaumont | Histoire de famille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :