Skip to content

René Edouard PLISTAT caporal au 369ème régiment d’infanterie décédé à Grafenwöhr

27 avril 2014

Je voudrais aujourd’hui mettre en avant les recherches effectuées par Nadège Guyon en hommage à son aïeul René Edouard Plistat.

PLISTAT René Edouard -Fiche mémoire des hommes

PLISTAT René Edouard -Fiche mémoire des hommes

Le régiment de réservistes de René Plistat est parti début août en train depuis Montargis pour rejoindre la ville de Toul afin de défendre les frontières alentours

C’est lors des terribles combats de la bataille de Lironville qu’il fut blessé le 23 septembre 1914.

PLISTAT René Edouard Journal des Manoeuvres du 369ème RI

PLISTAT René Edouard Journal des Manoeuvres du 369ème RI

 

Nadège a retrouvé un courrier de la Croix Rouge qui  informe la mère de René en 1918, qu’il a été pris par les Allemands à Martincourt et transporté au “lazaret du dépôt de prisonniers de Grafenwöhr-Barake 42”.

Camp Grafenwohr

Camp de Grafenwöhr – Sur la carte en rouge, vers la gauche, le camp dans lequel étaient détenus les prisonniers français, devant celui des soldats français et au fond celui des soldats russes. Source Musée de Grafenwöhr

Ces informations sont confirmées par l’historique du 369ème régiment d’infanterie mis en ligne sur ancestramil.

Sa blessure mal soignée, les conditions de voyage et de détention ont entraîné son  décès au camp de Grafenwöhr.

Messe en l'honneur des morts au Cimetière Grafenwohr  collection Eliane Escot

Messe en l’honneur des morts au Cimetière Grafenwohr
collection Eliane Escot

Suivant le décret publié au journal officiel le 9 septembre 1920, il reçoit la médaille militaire à titre posthume. La famille n’a retrouvé aucune confirmation de l’attribution de cette médaille.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A  la demande de sa mère, ses restes furent exhumés en décembre 1925, rapatriés en train jusqu’à Paris pour être mis dans le caveau familial du cimetière de Gentilly le 17 janvier 1926.

René Edouard Plistat était artiste tapissier, sa famille travaillait de père en fils depuis 1810 à la manufacture des Gobelins.

Son oncle Edouard Ampenot  (1854-1942) a étudié avec Lucas et Maillard. Il a également travaillé à la manufacture des Gobelins. Peintre de paysages,de natures mortes, de fleurs, il était conservateur au musée de Coulommiers.

Je vous laisse découvrir le diaporama réalisé par Nadège : ici

Mes articles précédents sur le camp de Granfenwöhr : ici

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :