Skip to content

Le baptême des cloches à Montblainville 23 septembre 1930

27 mars 2016

Le 23 septembre 1930 se déroulait le baptême des cloches de l’église après la reconstruction de l’église. Une foule nombreuse assistait à l’événement.Montblainville Baptême des cloches - collection familiale

Le samedi 4 octobre, la Croix Meusienne relatait l’événement :

MONTBLAINVILLE

Bénédiction de l’église et baptême de cloches.

Ne sera-t-il pas fastidieux de narrer encore ici la cérémonie d’une bénédiction d’église, suivie du baptême de 2 cloches : Paule – Irène (du Poids de 840 kgs), et Charlotte – Marie (du poids de 635kg.), donnant respectivement le sol et le la ?

Que non pas, parce que ces cérémonies, quelque fréquentes qu’elles aient pu être en nos régions, ne sont tout de même pas banales, et qu’ensuite elles touchent à leur fin, et comme le souvenir en reste gravé dans la mémoire des intéressés, il importe de le noter, le plus brièvement possible, sur le papier.

Ce fut donc la fête le mardi 23 septembre. On quittait une baraque qu’on avait baptisée Chapelle, sans doute parce que c’était la mode, mais dont la vétusté aurait dépassé de beaucoup la perte subie aux commissions de dommages de guerre, et on allait prendre possession d’une église, du coût de 330 000 frs, confiée aux soins de M. Crossard, architecte, et de Mr Giraud, entrepreneur, et somme toute, assez agréable à l’œil.

Nous avons retrouvé à Montblainville les rites habituels consacrés par la liturgie, aspersion des murs au dehors et au dedans, récitation des litanies des saints, etc. Mais convient de noter la présence de Mgr l’Evêque qui fut reçu et allocuté au seuil de la mairie d’abord, de l’église ensuite, par M. le Maire, et à l’église messe par M. le Doyen de Varennes, desservant provisoirement Montblainville et ses deux annexes, en plus de Varennes, ce qui justifie le Proverbe :

A cœur vaillant rien d’impossible. Et il l’a aussi prouvé dans l’œuvre de reconstruction du canton dont il est le chef religieux. Signalons aussi, pour être complet, l’instruction du prédicateur, M. le curé de Rouvres.

La messe solennelle fut chantée par le curé de Cheppy, assisté par le curé de Malancourt et d’un sous-diacre originaire de Montblainville M. l’abbé Collin. Une délégation de la chorale de Varennes chantait à la tribune.

Pour rendre hommage à la vérité, nous dirons aussi que l’église était comble, avec beaucoup de personnes debout, en tout 300 à 400 personnes.

Mais nous ne saurions omettre le désir 2 fois exprimé par le maire : Nous voudrions bien un prêtre résidant en remplacement de celui qui après avoir administré la paroisse pendant 32 ans vient de mourir à la tâche. Sans doute, ce désir est louable, mais Monseigneur de dire :

Que peut faire un évêque devant un état de fait désolant, qui s’appelle la pénurie et la grande pénurie de prêtres ? Sans doute, il y a des espérances, mais elles ne sont point encore réalité. Et le seront-elles toutes ? Cependant, le premier Pasteur du diocèse range Montblainville au premier rang de ses préoccupations. Mais ces préoccupations ne doivent pas faire oublier le but de la visite épiscopale, et les cloches reçoivent les onctions saintes avant de faire entendre leur voix, à côté de leurs parrains et marraines Paul Francart et Irène Leroy, Charles Bernier et Marie Morin, auxquels il convient d’ajouter les noms de Hector Poilblan et Mme Simonnet, parrain et marraine de l’église.

Et quand on sort de l’église, c’est l’autre cérémonie, celle du dehors, non moins attendue, non moins intéressante. Il pleut, il pleut d’excellentes dragées et de la menue monnaie, mais ces semences ne germent pas, car elles tombent sur le chemin, et, comme dans l’Evangile, vite elles sont happées.

Puis, dans la salle de mairie, où l’on remarque un magnifique tableau marbré des morts de la commune, le banquet, bien servi par l’hôtel Louis XVI de Varennes et où les plats étaient de saison :

brochets de l’Aire (ou d’ailleurs), civet de lièvre de l’Argonne et perdreaux sur canapés.

On y fit honneur.

Enfin, les remerciements :

Celui de M. le Maire qui n’oublie personne, de M. Delawoëvre qui rappelle des souvenirs de sa détention au camps de Grafenwohr, de l’architecte, et enfin de Mgr Ginisty lui-même qui annonce le programme des grandes fêtes qui couronneront l’œuvre enfin terminée de Douaumont, cependant que M. le curé de Baâlon commençait à hisser les cloches dans leur demeure, opération difficile, qui ne put être terminée que le lendemain.

Et pour clôture dignement cette journée, procession au cimetière et bénédiction de la croix que la municipalité vient d’ériger au souvenir de ses trois derniers curés, dont les deux plus récents MM. Brodier et Florentin, administrèrent la paroisse pendant 65 ans. Et ainsi ce clôturait dans le canton de Varennes, le cycle des bénédictions d’église ; au retour, les cloches du chef-lieu de canton, baptisées 8 jours auparavant, sonnaient en l’honneur de celui qui les avait consacrées, mais point entendues.

Prêchez toujours l’espérance,

Criez sans trêve ni merci,

Partout avec fière assurance :

Gloire au Seigneur, paix à la France !

 

Montblainville Baptême des cloches - collection familiale (2)

Ces deux magnifiques cloches provenaient de la fonderie de Robécourt dans les Vosges  Elles ont été commandées à Georges Farnier.

Ce n’était pas Pâques, mais  le retour des cloches  pour les paroissiens de  Montblainville qui retrouvait  une église  !

Découvrez la fabrication des cloches sur le site de l’ancienne fonderie de Robécourt.

Les cloches de Montblainville.

 

Advertisements
2 commentaires leave one →
  1. 27 mars 2016 18 h 16 min

    j’adore la robe des cloches !! quel travail pour broder tout cela ! Merci pour ces très belles photos.

  2. Lacorde permalink
    28 mars 2016 9 h 17 min

    Très bel article sur cette cérémonie qui s’est déroulée , hélas, dans tous les villages où les Allemands avaient volé les cloches en 1917 pour les fondre en armement. Dès la fin de la guerre, les habitants n’ont eu de cesse de retrouver leurs cloches et la vie qui passe égrainée par le son de l’Angélus et des heures. A Gesnes la mairie a refait sonner les cloches tous les jours pour l’Angélus, c’est formidable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :