Skip to content

Le collège de Grandpré – Buzancy – collège Jules Beaujoint ?

18 avril 2016

Article paru dans l’Union le 16 mars :

1646185881_B978128831Z.1_20160316095155_000_GQ76C44TF.1-0

L’idée a fait parler en réunion de Sivom ( syndicat intercommunal à vocation multiple) dernièrement. Donner au collège de Grandpré-Buzancy le nom de Jules Beaujoint, n’est pas du goût de tous. Pourtant, le vote réalisé au sein de l’établissement s’est porté sur ce nom. «  C’est un projet qui est né à la rentrée 2014  », explique la principale du collège Corinne Péronne. Le collège qui était multisite n’avait pas eu de nom jusque-là. «  C’était une bonne manière de faire travailler les élèves et de leur faire découvrir l’histoire locale  ». Alors pourquoi maintenant ? «  Je suis là depuis trois ans, et c’est un projet qui me tenait à cœur, c’est une idée qui a été lancée collectivement et qui fait son chemin  ». Corinne Péronne a encadré les recherches, du 6 au 22 janvier, et le 25 janvier, les résultats ont été dépouillés. Treize noms sont sortis du chapeau. «  La plupart des personnalités locales et du Vouzinois, on a même évoqué le nom de Méhul qui lui est de Givet. Nous n’avons pas fait de censure  ». Ce sont les professeurs, les personnels administratifs, les parents d’élèves, tous les élèves et les membres du conseil d’administration qui ont voté. De cette consultation démocratique est sorti le nom de Jules Beaujoint. Alors, qui était ce Jules Beaujoint dont le nom peut porter à sourire, dans le milieu collégien ? Jules Beaujoint est né en 1830, il était journaliste et romancier, populaire, connu sous le nom de Jules de Grandpré. Il a fait ses études dans les Ardennes avant de les poursuivre à Reims et Paris. Son père envisage pour lui une carrière d’avocat, mais dans la capitale, le jeune homme fréquente avec plus d’assiduité les cercles politiques et littéraires des cafés et de la Closerie des Lilas, que les bancs de l’École de droit. Compromis dans le coup d’État du 2 décembre 1851, dans les factions opposées au Second Empire, il s’exile en Belgique pendant trois ans, où il fonde et rédige les articles d’un journal socialiste à Bruxelles. Certains de ces écrits, notamment des révélations sur le bagne de Cayenne, sont censurés et le font bannir du pays par ordonnance royale. Pour cette consultation, il y a eu 163 votants, et 27 voix se sont portées sur le journaliste. Maintenant, le nom va être évoqué en conseil municipal ce jeudi 17 mars, mais c’est le conseil départemental qui aura le dernier mot. «  Est-ce que ce nom sera repris ? De toute façon, c’est le travail des élèves qui prime. Personnellement, je ne connaissais pas Jules Beaujoint, je l’ai découvert par le travail des élèves, ils ont fait sortir quelqu’un de l’oubli  ». Sur le côté un peu humoristique du nom, Mme Peronne reste de marbre. «  C’est un nom comme un autre », a-t-elle conclu…

Virginie Kiefer

Pour en savoir plus sur Jules Beaujoint, voir l’article publié ici le 16 octobre 2015 « Jules Hippolyte Beaujoint de Grandpré romancier »

Quelle a été la décision du conseil municipal de Grandpré ?

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :