Aller au contenu principal

Auguste Alphonse Beaujoint 1834 – 1899 – Jacques Amédée Beaujoint 1824 – 1871

5 août 2019

Je reviens aujourd’hui sur l’article consacré à Auguste Alphonse Beaujoint du 27 mai 2015.

Dans mon commentaire sur cet article du 13 novembre 2015, j’exprimais mes doutes sur le fait qu’Alphonse Beaujoint soit l’auteur des lithographies exécutées pour des Editeurs de Chartres, du Mans et d’Orléans et qu’il se soit consacré de 1852 à 1867 à la reproduction de vues pittoresques d’Eure et Loir. Les aquarelles détenues par le Musée des beaux-arts de Chartres ont été données par Madame veuve Beaujoint demeurant à Orléans, 11 rue de la vieille poterie. Après recherches, j’ai constaté qu’elle était mariée avec Jacques Amédée Beaujoint originaire d’Orléans. Les informations données dans mon article concernant les lithographies et les aquarelles attribuées à Adolphe Beaujoint restaient à vérifier.

Maryse Lefer, descendante de Jacques  Amédée Beaujoint confirme aujourd’hui que son aïeul est l’auteur des lithographies et aquarelles de Chateaudun et d’Orléans. Celui-ci était pharmacien rue de Bourgogne à Orléans. Son épouse Ernestine Houdin, puis leur fille Marie Ernestine  Beaujoint épouse de François Alfred Autin habitaient rue Vieille Poterie à Orléans. Elle possède de nombreuses lithographies et aquarelles dont les bords du Loiret signées À. Beaujoint et non J. Beaujoint .

Grâce au commentaire de Maryse Lefer, j’ai maintenant la certitude qu’il y a confusion dans les œuvres attribuées à chacun des deux artistes.

Reprenons mes sources :

L’inventaire du fonds français après 1800 tome premier,

 

 

 

 

 

 

===> Eaux fortes

Auguste Alphonse Beaujoint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

===>  lithographies

Jacques Amédée Beaujoint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Bénézit

===>  Peintures 

Jacques Amédée Beaujoint

===>    Vues de Varennes

Auguste Alphonse Beaujoint

 

Erreur également reproduite dans la base Joconde du Ministère de la Culture.

Seul l’ouvrage L’Eure et Loir et les Peintres Guy Briolet, Martine Dumortier, Françoise Lecuyer-Champagne, Jean-Pierre Pierre-Ivan et Maïthé Vallès-Bled  Paru en 1992 chez J. Legué, Chartres émet un doute sur l’existence de deux Beaujoint.

 

Tous deux utilisaient usuellement leur second prénom.

Jacques Amédée signait A. Beaujoint et Auguste Alphonse signait Alph. Beaujoint.

Jacques Amédée Beaujoint est né à Orléans, sa mère est originaire de Chateaudun, il est logique qu’il ait reproduit des monuments de sa région.

Il n’y a aucun doute, les eaux-fortes représentant Varennes-en-Argonne sont bien d’Alphonse Beaujoint. Il est né à Grandpré dans les Ardennes à quelques kilomètres de Varennes en Argonne et a habité la commune.

Je suis maintenant certaine qu’il y a un amalgame entre les deux artistes et que l’on a attribué à tort les œuvres de l’Orléanais Jacques Amédée Beaujoint à l’Ardennais Alphonse Beaujoint.

La difficulté consiste à rendre à chacun la propriété de son oeuvre.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :