Skip to content

Identification photo prisonniers Traunstein

2 novembre 2016

Suite à l’article paru  identifier des prisonniers de guerre sur une photo grâce aux archives du CICR sur le site sources de la grande guerre j’ai décidé de reprendre mes recherches dans le but d’identifier les personnes figurant sur la photo adressée le 24 février 1916 par Ernest Gérodel à son fils Aimé

prisonnier-traunstein

Avec l’aide de ma cousine Nicole nous avons reconnu :

  • le numéro 5 François Charles Didelon  (1897-1968)

didelon-francois-charles-2

 

  • le numéro 11 Ernest Gérodel  (1864-1945)

gerodel-ernest

  • le numéro 12 Marie Paul Louis Didion (1896-1975)

didion-marie-paul-louis

  • le numéro 13 Lucien Marcellin Dappe  (1895-1969)

dappe-lucien-marcellin

Nous pensons que :

  • le numéro 8 serait Auguste Leveaux (1885 – 1953) originaire de Châtel-Chéhéry

leveaux-auguste

  • le numéro 14 serait René Langlois (1897 – ? ) originaire de Châtel-Chéhéry

langlois-rene

J’ai recherché sur le site de la croix-rouge leurs fiches.

La fiche de Lucien Dappe m’a donné une nouvelle piste :

 

c_g1_f_13_01_0036_0300_0

Trois références sur cette fiche civ 1141, civ 1800, civ 2141.

La première référence correspond à une partie de la liste des prisonniers à Grafenwöhr.

En revanche les cotes civ 1800 et 2141 sont plus utiles à ma recherche puisqu’elles correspondent au transfert des prisonniers de Grafenwöhr à Traunstein.

La référence civ 2141 est incluse dans la liste du 28 juillet 1915 (civ 2137 à 2157).

prisonniers-traunstein-civ-2137

 

Elle indique les noms et prénoms des prisonniers de guerre, leurs professions et leur origine.

La seconde civ 1796 à civ 1815  donne une liste de 678 prisonniers de guerre Français. Elle est datée de Traunstein le 4 août 1915.

prisonniers-traunstein-civ1796

 

 

Outre les noms et prénoms des prisonniers de guerre, leurs professions, elle précise le lieux où ils ont été faits prisonniers et leurs lieux de naissance.

Pour consulter ces listes dans leur intégralité  cliquez sur les liens ci-dessous !

De ces listes on peut extraire les prisonniers nés à Montblainville auxquels on peut ajouter Ernest Gérodel né à Lachalade mais qui habitait la commune à cette époque :

Dappe  Lucien
Didelon Charles
Didelon Emile
Didion Paul
Gérodel Maurice
Jacquesson Auguste
Joseph Célestin
Thiry Jules

Les prisonniers né à Châtel-Chehery :

Bigault Ernest
Collard Jules
Cotret Eugène
Delouette Xavier
Fournel Raymond
Gatelet Camille
Lahaye Octave
Lalouette François
Lalouette Louis
Lambert Auguste
Lambert Eugène
Langlois René
Laurent Félix
Mater Carolus
Mater Léon
Mater Vital
Munier Jules
Oudard Anastase
Pierrard Jules
Pierrard Louis
Sorbon Maurice

Difficile d’associer des visages à des noms, même lorsque l’on sait  que Maurice Gérodel est le fils d’Ernest Gérodel et qu’Emile Didelon est le père de Charles Didelon tous deux déjà identifiés.

Je lance un appel à vos dons  de physionomistes et aux familles des personnes susceptibles de se trouver sur la photo pour m’aider.

De mon côté, je reprends la première référence trouvée sur la fiche de Lucien Dappe pour reconstituer la liste des prisonniers de Montblainville à Grafenwöhr. Il existe peut-être d’autres listes de transfert de prisonniers de Grafenwöhr  à Traunstein.

Base 1914 – 1918 Ajout Archives Nationales F23/13 – réfugiés, rapatriés dans le département de L’Allier

11 septembre 2016

La cote F23 des Archives Nationales donne accès à des documents concernant les Services extraordinaires des temps de guerre.

Cette série comporte pour la guerre 1914-1918 deux groupes de documents émanant respectivement de deux services : celui des réfugiés, rapatriés et internés civils, qui fonctionnait au Ministère de l’Intérieur, et celui du ravitaillement civil, qui fonctionnait au Sous-Secrétariat du Ravitaillement.

En F23 13 figurent les listes nominatives des rapatriés. Renseignements fournis par eux sur l’état des personnes et des biens dans les régions envahies. Le classement est départemental. Les départements concernés sont  ceux de l’Ain à Hérault pour la période 1916.

J’ai photographié aux Archives Nationales ces listes dans le but de mettre en ligne leur contenu. Une tâche longue, fastidieuse et rendue encore plus difficile par la mauvaise qualité de mes photos prises trop rapidement, et par la difficulté de lecture des écritures des personnes qui les ont établies.

J’ai déjà mis en ligne les listes des départements de l’Ain et des Alpes-Maritimes.

Aujourd’hui j’ajoute  celle du département de l’Allier :

Ce dossier contient un bordereau récapitulatif par arrondissements, cantons et communes à la date du 31 mai 1916 (découpage administratifs à cette date).

tableau récapitulatif réfugiés rapatriés 14 18 Allier

tableau récapitulatif réfugiés rapatriés 14 18 Allier

 

 

 

 

Commune Arrondissement Canton nombre de Réfugiés nombre de Rapatriés
Bourbon-l’Archambault Moulins Bourbon-l’Archambault 29
Buxières-les-Mines Moulins Bourbon-l’Archambault 27
Franchesse Moulins Bourbon-l’Archambault 12
Saint-Aubin le -Monial Moulins Bourbon-l’Archambault 3
Saint-Hilaire Moulins Bourbon-l’Archambault 89
Saint-Plaisir Moulins Bourbon-l’Archambault 42
Vieure Moulins Bourbon-l’Archambault 3
Ygrande Moulins Bourbon-l’Archambault 34
Chevagnes Moulins Chevagnes 15
Garnat-sur-Engièvre Moulins Chevagnes 5
Lusigny Moulins Chevagnes 11
Paray-le-Frésil Moulins Chevagnes 9
Thiel Moulins Chevagnes 7 1
Dompierre-sur-Besbre Moulins Dompierre-sur-Besbre 54
Coulanges Moulins Dompierre-sur-Besbre 2
Diou Moulins Dompierre-sur-Besbre 103
Molinet Moulins Dompierre-sur-Besbre 12
Pierrefitte-sur-Loire Moulins Dompierre-sur-Besbre 10
Saint-Pourçain-sur-Besbre Moulins Dompierre-sur-Besbre 17
Saligny Moulins Dompierre-sur-Besbre 29
Vaumas Moulins Dompierre-sur-Besbre 27
Lurcy-Lévy Moulins Lurcy-Lévy 75
Château-sur-Allier Moulins Lurcy-Lévy 5
Couleuvre Moulins Lurcy-Lévy 24
Pouzy-Mésangy Moulins Lurcy-Lévy 12
Saint-Léopardin-d’Augy Moulins Lurcy-Lévy 5
Le Veudre Moulins Lurcy-Lévy 21
Le Montet Moulins Montet 5
Châtillon Moulins Montet 17
Deux-Chaises Moulins Montet 6
Meillard Moulins Montet 10
Monetay-sur-Allier Moulins Montet 13
Rocles Moulins Montet 9
Treban Moulins Montet 5
Tronget Moulins Montet 20
Moulins-Est Moulins Moulins-Est 44
Avermes Moulins Moulins-Ouest 1
Montilly Moulins Moulins-Ouest 6
Neuvy Moulins Moulins-Ouest 3
Trevol Moulins Moulins-Ouest 26
Villeneuve-sur-Allier Moulins Moulins-Ouest 13
Neuilly-le-Réal Moulins Neuilly-le-Réal 26
Bessay Moulins Neuilly-le-Réal 18
Chapeau Moulins Neuilly-le-Réal 3
Gouise Moulins Neuilly-le-Réal 6
La Ferté-Hauterive Moulins Neuilly-le-Réal 27
Mercy Moulins Neuilly-le-Réal 2
Montbeugny Moulins Neuilly-le-Réal 8
Saint-Gerand-de-Vaux Moulins Neuilly-le-Réal 23
Saint-Loup Moulins Neuilly-le-Réal 10
Souvigny Moulins Souvigny 15
Aponges Moulins Souvigny 13
Autry-Issards Moulins Souvigny 3
Bresnay Moulins Souvigny 2
Marigny Moulins Souvigny 1
Sainte-Menoux Moulins Souvigny 12
Cérilly Montluçon Cérilly 21
Ainay-le-Château Montluçon Cérilly 6
Saint-Bonnet Tronçais Montluçon Cérilly 2
Theneuille Montluçon Cérilly 7
Urçay Montluçon Cérilly 5
Le Vilhain Montluçon Cérilly 7
Commentry Montluçon Commentry 154
Malicorne Montluçon Commentry 5
Huriel Montluçon Huriel 14 5
Chambérat Montluçon Huriel 1
La Chapelaude Montluçon Huriel 13
Courçais Montluçon Huriel 18
Saint-Désiré Montluçon Huriel 1
Treignat Montluçon Huriel 21
Viplaix Montluçon Huriel 7 1
Marcillat Montluçon Marcillat 44 2
Durdat-Larequille Montluçon Marcillat 42
La Celle Montluçon Marcillat 14
Mazirat Montluçon Marcillat 1
Bonnet Montluçon Marcillat 4
Saint-Fargeol Montluçon Marcillat 33
Saint-Marcel-en-Marcillat Montluçon Marcillat 5
Saint-Thérence Montluçon Marcillat 2
Terjat Montluçon Marcillat 16
Villebret Montluçon Marcillat 5
Chamblet Montluçon Montluçon-Est 47
Deneuille-les-Mines Montluçon Montluçon-Est 53
Désertines Montluçon Montluçon-Est 175
Néris-les-Bains Montluçon Montluçon-Est 17
Saint-Angel Montluçon Montluçon-Est 14
Verneix Montluçon Montluçon-Est 16
Montluçon Montluçon Montluçon-Ouest 1634
Domérat Montluçon Montluçon-Ouest 13
Prémilhat Montluçon Montluçon-Ouest 10
Quinssaines Montluçon Montluçon-Ouest 5
Vaux Montluçon Montluçon-Ouest 8
Montmarault Montluçon Montmarault 26
Chavenon Montluçon Montmarault 4
Doyet Montluçon Montmarault 3
Villefranche Montluçon Montmarault 13 1
Chantelle Gannat Chantelle 17
Barberier Gannat Chantelle 2
Charroux Gannat Chantelle 9
Deneuille Gannat Chantelle 1
Etroussat Gannat Chantelle 9
Fleuriel Gannat Chantelle 22
Target Gannat Chantelle 39
Taxat-Senat Gannat Chantelle 2
Ussel Gannat Chantelle 7
Voussac Gannat Chantelle 4
Ebreuil Gannat Ebreuil 51
Bellenaves Gannat Ebreuil 22
Chouvigny Gannat Ebreuil 11
Coutansouze Gannat Ebreuil 4
Echassières Gannat Ebreuil 18
Lalizolle Gannat Ebreuil 11
Naves Gannat Ebreuil 15
Vicq Gannat Ebreuil 5
Escurolles Gannat Escurolles 30
Bellerive-sur-Allier Gannat Escurolles 35
Charmeil Gannat Escurolles 1
Cognat-Lyonne Gannat Escurolles 18
Espinasse-Vozelle Gannat Escurolles 16
Hauterive Gannat Escurolles 2
Saint-Pont Gannat Escurolles 10
Saint-Rémy-en-Rollat Gannat Escurolles 36
Gannat Gannat Gannat 73
Bègues Gannat Gannat 27
Charmes Gannat Gannat 4
Jenzat Gannat Gannat 21
Mayet-d’Ecole Gannat Gannat 13
Monteignet-sur-l’Andelot Gannat Gannat 12
Poëzat Gannat Gannat 13
Saint-Bonnet-de-Rochefort Gannat Gannat 11
Saint-Priest-d’Andelot Gannat Gannat 3
Saulzet Gannat Gannat 13
Saint-Pourçain-sur-Sioule Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 20
Bayet Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 1
Cesset Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 8
Lafeline Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 5
Loriges Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 2 1
Marcenat Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 8
Montord Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 4
Paray-sous-Brailles Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 8
Saulcet Gannat Saint-Pourçain-sur-Sioule 2
Cusset Lapalisse Cusset 176
Busset Lapalisse Cusset 1
Le Donjon Lapalisse Donjon 10
Le Bouchaud Lapalisse Donjon 1
Lenax Lapalisse Donjon 3
Loddes Lapalisse Donjon 5
Montcombroux Lapalisse Donjon 50
Jaligny Lapalisse Jaligny 4
Cindré Lapalisse Jaligny 9
Saint-Léon Lapalisse Jaligny 1
Trezlles Lapalisse Jaligny 23
Lapalisse Lapalisse Lapalisse 93
Arfeuillles Lapalisse Lapalisse 6
Barrais-Bussolles Lapalisse Lapalisse 2
Le Breuil Lapalisse Lapalisse 4
Droiturier Lapalisse Lapalisse 15
Isserpent Lapalisse Lapalisse 11
Perrigny Lapalisse Lapalisse 13
Saint-Etienne-de-Vicq Lapalisse Lapalisse 3
Saint-Pierre-Laval Lapalisse Lapalisse 3
Saint-Prix Lapalisse Lapalisse 27
Servilly Lapalisse Lapalisse 5
Varennes-sur-Allier Lapalisse Varennes 86
Billy Lapalisse Varennes 14
Boucé Lapalisse Varennes 9
Crechy Lapalisse Varennes 18
Langy Lapalisse Varennes 15
Magnet Lapalisse Varennes 33
Montaigu-le-Blin Lapalisse Varennes 20
Montoldre Lapalisse Varennes 24
Rongères Lapalisse Varennes 43
Saint-Félix Lapalisse Varennes 4
Saint-Gérand-le-Puy Lapalisse Varennes 40 7
Saint-Germain-des-Fossés Lapalisse Varennes 61
Sanssat Lapalisse Varennes 39
Seuillet Lapalisse Varennes 14
Total 5038 25

Plus de 5000 réfugiés ont été accueillis dans le département.

Pour consulter la liste du département de l’Allier : c’est ici

On constate une petite différence  entre le bordereau récapitulatif du dossier qui recense 5063 réfugiés et les totaux après dépouillement des listes par communes qui en recense 5019, mais on ne peut que constater l’effort important réalisé par le département pour soutenir les populations touchées par l’invasion Allemande.

La base mise à jour : c’est ici

On note parmi ces réfugiés des personnes originaires de Billy-Montigny et Fouquières-les-Lens. Le cercle historique de Fouquières-les-Lens sur sa page « Histoire » consacrée à la guerre 1914 1918 relate les événements qui se sont déroulés dans la région pendant cette période. En hommage aux réfugiés de Fouquières-les-Lens, le cercle a recherché les paroles et transcrit la partition d’une chanson en leur honneur.

les-refugies_partition

Vous pouvez  trouver l’interprétation de la chanson des réfugies de Fouquières-les-Lens  en chtimi patois picard  sur You Tube .

Merci au cercle historique de Fouquières-les-Lens de m’avoir permis d’utiliser le fruit de ses recherches pour illustrer cet article.

 

 

« T’es de Pompey si »exposition rencontre 16 et 17 juillet

26 juin 2016

L’an dernier je vous annonçais la création du site Pompey-c-nous. Ce site vous sera présenté lors de l’exposition rencontre « T’es de Pompey si ».

Rencontre entre anciens et nouveaux habitants de Pompey au centre socioculturel.

"T'es de Pompey si"exposition rencontre 16 et 17 juillet

« T’es de Pompey si »exposition rencontre 16 et 17 juillet

Le collège de Grandpré – Buzancy – collège Jules Beaujoint ?

18 avril 2016

Article paru dans l’Union le 16 mars :

1646185881_B978128831Z.1_20160316095155_000_GQ76C44TF.1-0

L’idée a fait parler en réunion de Sivom ( syndicat intercommunal à vocation multiple) dernièrement. Donner au collège de Grandpré-Buzancy le nom de Jules Beaujoint, n’est pas du goût de tous. Pourtant, le vote réalisé au sein de l’établissement s’est porté sur ce nom. «  C’est un projet qui est né à la rentrée 2014  », explique la principale du collège Corinne Péronne. Le collège qui était multisite n’avait pas eu de nom jusque-là. «  C’était une bonne manière de faire travailler les élèves et de leur faire découvrir l’histoire locale  ». Alors pourquoi maintenant ? «  Je suis là depuis trois ans, et c’est un projet qui me tenait à cœur, c’est une idée qui a été lancée collectivement et qui fait son chemin  ». Corinne Péronne a encadré les recherches, du 6 au 22 janvier, et le 25 janvier, les résultats ont été dépouillés. Treize noms sont sortis du chapeau. «  La plupart des personnalités locales et du Vouzinois, on a même évoqué le nom de Méhul qui lui est de Givet. Nous n’avons pas fait de censure  ». Ce sont les professeurs, les personnels administratifs, les parents d’élèves, tous les élèves et les membres du conseil d’administration qui ont voté. De cette consultation démocratique est sorti le nom de Jules Beaujoint. Alors, qui était ce Jules Beaujoint dont le nom peut porter à sourire, dans le milieu collégien ? Jules Beaujoint est né en 1830, il était journaliste et romancier, populaire, connu sous le nom de Jules de Grandpré. Il a fait ses études dans les Ardennes avant de les poursuivre à Reims et Paris. Son père envisage pour lui une carrière d’avocat, mais dans la capitale, le jeune homme fréquente avec plus d’assiduité les cercles politiques et littéraires des cafés et de la Closerie des Lilas, que les bancs de l’École de droit. Compromis dans le coup d’État du 2 décembre 1851, dans les factions opposées au Second Empire, il s’exile en Belgique pendant trois ans, où il fonde et rédige les articles d’un journal socialiste à Bruxelles. Certains de ces écrits, notamment des révélations sur le bagne de Cayenne, sont censurés et le font bannir du pays par ordonnance royale. Pour cette consultation, il y a eu 163 votants, et 27 voix se sont portées sur le journaliste. Maintenant, le nom va être évoqué en conseil municipal ce jeudi 17 mars, mais c’est le conseil départemental qui aura le dernier mot. «  Est-ce que ce nom sera repris ? De toute façon, c’est le travail des élèves qui prime. Personnellement, je ne connaissais pas Jules Beaujoint, je l’ai découvert par le travail des élèves, ils ont fait sortir quelqu’un de l’oubli  ». Sur le côté un peu humoristique du nom, Mme Peronne reste de marbre. «  C’est un nom comme un autre », a-t-elle conclu…

Virginie Kiefer

Pour en savoir plus sur Jules Beaujoint, voir l’article publié ici le 16 octobre 2015 « Jules Hippolyte Beaujoint de Grandpré romancier »

Quelle a été la décision du conseil municipal de Grandpré ?

 

Le baptême des cloches à Montblainville 23 septembre 1930

27 mars 2016

Le 23 septembre 1930 se déroulait le baptême des cloches de l’église après la reconstruction de l’église. Une foule nombreuse assistait à l’événement.Montblainville Baptême des cloches - collection familiale

Le samedi 4 octobre, la Croix Meusienne relatait l’événement :

MONTBLAINVILLE

Bénédiction de l’église et baptême de cloches.

Ne sera-t-il pas fastidieux de narrer encore ici la cérémonie d’une bénédiction d’église, suivie du baptême de 2 cloches : Paule – Irène (du Poids de 840 kgs), et Charlotte – Marie (du poids de 635kg.), donnant respectivement le sol et le la ?

Que non pas, parce que ces cérémonies, quelque fréquentes qu’elles aient pu être en nos régions, ne sont tout de même pas banales, et qu’ensuite elles touchent à leur fin, et comme le souvenir en reste gravé dans la mémoire des intéressés, il importe de le noter, le plus brièvement possible, sur le papier.

Ce fut donc la fête le mardi 23 septembre. On quittait une baraque qu’on avait baptisée Chapelle, sans doute parce que c’était la mode, mais dont la vétusté aurait dépassé de beaucoup la perte subie aux commissions de dommages de guerre, et on allait prendre possession d’une église, du coût de 330 000 frs, confiée aux soins de M. Crossard, architecte, et de Mr Giraud, entrepreneur, et somme toute, assez agréable à l’œil.

Nous avons retrouvé à Montblainville les rites habituels consacrés par la liturgie, aspersion des murs au dehors et au dedans, récitation des litanies des saints, etc. Mais convient de noter la présence de Mgr l’Evêque qui fut reçu et allocuté au seuil de la mairie d’abord, de l’église ensuite, par M. le Maire, et à l’église messe par M. le Doyen de Varennes, desservant provisoirement Montblainville et ses deux annexes, en plus de Varennes, ce qui justifie le Proverbe :

A cœur vaillant rien d’impossible. Et il l’a aussi prouvé dans l’œuvre de reconstruction du canton dont il est le chef religieux. Signalons aussi, pour être complet, l’instruction du prédicateur, M. le curé de Rouvres.

La messe solennelle fut chantée par le curé de Cheppy, assisté par le curé de Malancourt et d’un sous-diacre originaire de Montblainville M. l’abbé Collin. Une délégation de la chorale de Varennes chantait à la tribune.

Pour rendre hommage à la vérité, nous dirons aussi que l’église était comble, avec beaucoup de personnes debout, en tout 300 à 400 personnes.

Mais nous ne saurions omettre le désir 2 fois exprimé par le maire : Nous voudrions bien un prêtre résidant en remplacement de celui qui après avoir administré la paroisse pendant 32 ans vient de mourir à la tâche. Sans doute, ce désir est louable, mais Monseigneur de dire :

Que peut faire un évêque devant un état de fait désolant, qui s’appelle la pénurie et la grande pénurie de prêtres ? Sans doute, il y a des espérances, mais elles ne sont point encore réalité. Et le seront-elles toutes ? Cependant, le premier Pasteur du diocèse range Montblainville au premier rang de ses préoccupations. Mais ces préoccupations ne doivent pas faire oublier le but de la visite épiscopale, et les cloches reçoivent les onctions saintes avant de faire entendre leur voix, à côté de leurs parrains et marraines Paul Francart et Irène Leroy, Charles Bernier et Marie Morin, auxquels il convient d’ajouter les noms de Hector Poilblan et Mme Simonnet, parrain et marraine de l’église.

Et quand on sort de l’église, c’est l’autre cérémonie, celle du dehors, non moins attendue, non moins intéressante. Il pleut, il pleut d’excellentes dragées et de la menue monnaie, mais ces semences ne germent pas, car elles tombent sur le chemin, et, comme dans l’Evangile, vite elles sont happées.

Puis, dans la salle de mairie, où l’on remarque un magnifique tableau marbré des morts de la commune, le banquet, bien servi par l’hôtel Louis XVI de Varennes et où les plats étaient de saison :

brochets de l’Aire (ou d’ailleurs), civet de lièvre de l’Argonne et perdreaux sur canapés.

On y fit honneur.

Enfin, les remerciements :

Celui de M. le Maire qui n’oublie personne, de M. Delawoëvre qui rappelle des souvenirs de sa détention au camps de Grafenwohr, de l’architecte, et enfin de Mgr Ginisty lui-même qui annonce le programme des grandes fêtes qui couronneront l’œuvre enfin terminée de Douaumont, cependant que M. le curé de Baâlon commençait à hisser les cloches dans leur demeure, opération difficile, qui ne put être terminée que le lendemain.

Et pour clôture dignement cette journée, procession au cimetière et bénédiction de la croix que la municipalité vient d’ériger au souvenir de ses trois derniers curés, dont les deux plus récents MM. Brodier et Florentin, administrèrent la paroisse pendant 65 ans. Et ainsi ce clôturait dans le canton de Varennes, le cycle des bénédictions d’église ; au retour, les cloches du chef-lieu de canton, baptisées 8 jours auparavant, sonnaient en l’honneur de celui qui les avait consacrées, mais point entendues.

Prêchez toujours l’espérance,

Criez sans trêve ni merci,

Partout avec fière assurance :

Gloire au Seigneur, paix à la France !

 

Montblainville Baptême des cloches - collection familiale (2)

Ces deux magnifiques cloches provenaient de la fonderie de Robécourt dans les Vosges  Elles ont été commandées à Georges Farnier.

Ce n’était pas Pâques, mais  le retour des cloches  pour les paroissiens de  Montblainville qui retrouvait  une église  !

Découvrez la fabrication des cloches sur le site de l’ancienne fonderie de Robécourt.

Les cloches de Montblainville.

 

Daniel Barris du 257ème régiment d’infanterie à Grafenwohr 1914 – 1918

24 mars 2016
Daniel Barris - Archives familiales Jean Daniel Barris

Daniel Barris – Archives familiales Jean Daniel Barris

 

Par cet article je souhaite rendre hommage à Daniel Barris.

Fin septembre 2015, son petit-fils, Jean Daniel m’a contactée pour partager le contenu d’une boîte dans laquelle il avait conservé de nombreuses photos de sa détention à Grafenwöhr, ainsi qu’un carnet tenu pendant les premiers jours de la guerre.

 

 

Quelles informations nous apportent le fichier des archives de la croix rouge  ?

Daniel Alexandre Barris appartient à la 17ème compagnie du 257ème régiment de réserve et porte le numéro matricule 17980. Il a été blessé et fait prisonnier à Viviers en Lorraine. Deux réponses ont été adressées aux demandes d’informations de sa mère qui demeure à Bordeaux et à Mademoiselle Joye, (sa future épouse). La détention à Grafenwöhr est confirmée le 26/1/1915.

C_G1_E_13_01_0094_0551_0

Archives de la Croix Rouge : http://grandeguerre.icrc.org/fr C_G1_E_13_01_0094_0551_0  – Daniel Barris

 

 

Jean Daniel n’ a pas connu son grand-père décédé en 1940. Ensemble nous avons découvert un homme dont le parcours dans la grande guerre mérite d’être rendu public.

Daniel Barris est né à Bordeaux le 1er  septembre 1884.

il appartient à la classe 1904. Domicilié à Bordeaux son registre matricule est disponible sur le site des archives départementales. Il est incorporé au 257ème régiment d’infanterie.

registre matricule Alexandre Daniel Barris

 

Grafenwohr état major du 257 ° en date du 17 avril -7-

Grafenwöhr état major du 257ème en date du 17 avril 191? – Archives familiales Jean-Daniel Barris

 

Il est porté disparu le 20 août 1914 à Viviers. Fait prisonnier, il sera soigné dans une ambulance Allemande puis évacué vers le camp de Grafenwöhr.

Le 26 janvier 1915, il figure sur la liste de prisonniers du camp.

C_G1_E_02_02_0066_0012

Archives de la Croix Rouge : http://grandeguerre.icrc.org/fr C_G1_E_02_02_0066_0012 – Daniel Barris

Avant de vous faire partager l’album de photos précieusement conservé par sa famille, revenons sur le témoignage de Daniel Alexandre Barris.

La partie de ses notes encore exploitable couvre la période du 4 août 1914 au 2 octobre 1914. Malheureusement le temps a effacé et rendu illisible la fin de son carnet. Deux  mois sur les 4 années pendant lesquelles il a été éloigné des siens.

Après l’appel à la mobilisation générale, nous découvrons les préparatifs du départ , le trajet pour se rendre sur la zone de combat,  puis le 20 août la bataille de Viviers au cours de laquelle il sera blessé, fait prisonnier et évacué sur le camp de Grafenwöhr en Bavière.

Comme les images et les films de l’époque le montre, nous assistons aux déplacements des troupes sous une pluie torrentielle. Nous vivons la bataille de Viviers avec les soldats qui partent au combat le ventre vide.  A son arrivée à Grafenwöhr,  Daniel Barris reste blessé, couché avec 116 autres prisonniers dans une écurie sur la paille avant d’être transporté à l’hôpital le 31 août. Il reçoit alors les soins des médecins Allemands, et est opéré à plusieurs reprises. Il souffre énormément de sa blessure et se plaint de l’alimentation « juste de quoi ne pas mourrir de faim ». Il traverse cette période en priant et avec le désir de revoir les siens et sa future épouse qu’il aurait du épouser le 7 septembre. Son petit-fils a accepté de partager la transcription qu’il a effectuée des écrits de son grand-père n’hésitez pas à cliquer.Vous découvrirez dans son journal les épreuves par lesquelles il est passé.

Journal Daniel Alexandre BARRIS

Pour les curieux qui veulent connaître l’épilogue de cette période de la vie de Daniel Barris, il a été rapatrié le 30 décembre 1918, et affecté au 144 ème régiment d’infanterie. Il a épousé Mag (Madeleine Joye)  le 17 février 1919.

Plongeons nous dans l’album de photos et cartes postales pour avoir une vision des lieux et de la vie dans le camp de Grafenwöhr. Ces documents complètent le carnet de Daniel Barris. Elles sont certainement postérieures à son rétablissement.

Le camp :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le cimetière et l’hommage aux morts :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Daniel Barris entouré de ses amis :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ses amis :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les loisirs :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Contrairement à son carnet dans lequel on se rend compte de la souffrance qu’il a enduré pendant le début de sa captivité l’album contient des photos de moments conviviales  entre amis.C’était déjà le cas des photos contenues dans l’album de Léopold Befort.

Une  fois sa blessure guérit Daniel Barris a participé des moments de fraternité avec les autres prisonniers. On retrouve d’ailleurs Daniel Barris sur cette photo de l’album de Léopold Befort :

Sur cette photo, les prisonniers fêtent le 14 juillet. Au verso les noms  et « Souvenir du 14 juillet 191? (la date est coupée) – Notre captivité à Grafenwöhr – Deuchland »

1: AUDIBERTI ; 2: KOULIKOF ; 3: BARRIS ; 4: WASILIEF ; 5: PONTAUNIER ; 6: SELLON François; 7: DIMETRIS ; 8: CAPELLE Jules; 9: LUDWIK ; 10: BEFORT Léopold; 11: FORTIN ; 12: VALENTIN ; 13: BELLET ;

Les deux hommes se sont donc rencontrés ce 14 juillet

 

Il serait intéressant de rapprocher les deux albums. Dans toutes ces photos beaucoup de personnes ne sont pas identifiées, si parfois vous reconnaissez  quelqu’un merci de me contacter. Signalez-moi également les éventuelles erreurs d’identification. Merci.

 

Les réfugiés, rapatriés en 1914 – 1918 dans les Alpes-Maritime – Archives Nationales F 23/13

26 février 2016

Je poursuis toujours la tâche fastidieuse de dépouiller les listes de réfugiés, rapatriés en 1914 – 1918,  inclues à la cote F23/13 des Archives Nationales.

Je m’essoufflais sur la liste du département de l’Allier, un des dossiers les plus volumineux. J’ai donc choisi de m’attaquer au dossier le plus mince, celui des Alpes-Maritimes. Il ne faut surtout pas en conclure que ce département a été le moins actif dans l’aide aux réfugiés rapatriés des régions envahies, d’autres listes existent aux Archives départementales ou communales.

En saisissant les noms de cette liste mon attention a été attirée par le fait que toutes ces personnes avaient été hébergées à Nice à l’hôtel de Venise. Ce lieu semble avoir été un lieu de passage des réfugiés vers d’autres destinations.

Liste des refugies a l hotel de Venise - Nice Archives nationales F23 13

Une recherche google pour trouver cet Hôtel s’est révélée infructueuse.

Très intriguée, j’ai contacté le service des archives municipales de Nice.

Je tiens à remercier Madame Marion Duvigneau, Directrice du Patrimoine historique, de l’Archéologie et des Archives de la ville de Nice qui a répondu très rapidement à mes interrogations. En fin d’année 2015, elle a publié un article intitulé « la misère s’abrite dans les palais » ou le sort des réfugiés franco-belges à Nice » dans la revue Nice-historique (janvier-juin 2015, 118e année, n°, 1-2, pages 40 à 71).

L’hôtel de Venise situé 31 avenue Malausséna, a accueilli pendant toute la durée de la guerre un grand nombre de réfugiés. De par sa situation à proximité des gares du Sud et de celle des chemins de fer de Provence, il constituait le principal lieu d’accueil à Nice des réfugiés.

Situation de l’hôtel de Venise à Nice

Le bâtiment construit en 1910, devient un hôtel en 1912 comprenant 100 chambres sur 6 étages. Le propriétaire a cédé cet hôtel à la commission municipale chargée des réfugiés. Le couple Perny a administré et dirigé  ce centre de septembre 1914 jusqu’au printemps 1919.

 

 

Le dossier des Archives Nationales contient uniquement cette liste de quelques réfugiés à l’hôtel de Venise et deux déclarations d’enfants datées du 18 mars 1916 au Cap d’Ail racontant leur vécu depuis le début de la guerre.

 

Pour compléter ce dossier très incomplet, il faudrait comme l’a fait Ralph Jean-Claude SCHOR, consulter la cote 10 R aux Archives départementales des Alpes-Maritimes.

Ralph Jean-Claude SCHOR, Professeur émérite d’histoire contemporaine, a publié un article très intéressant  dans la revue « Provence Historique », tome XIX, fascicule 75, janvier-mars 1969 « Les réfugiés dans les Alpes-Maritimes pendant la guerre de 1914-1918 ». Il a étudié et analysé l’assistance aux  réfugiés  dans le département.

Dans les bulletins Meusiens des 9 et 16 septembre 1915, un réfugié de la Meuse retrace son itinéraire de Commercy, son voyage,  et l’accueil réservé aux réfugiés tout au long de leurs parcours. Il termine son propos par un éloge aux personnalités qui les ont reçues et en soulignant le dévouement de Madame Perny et de son époux à l’hôtel de Venise. En septembre 1915, le couple a déjà vu passer plus de 1500 personnes !

 

 

Pour consulter la liste des réfugiés dans le département des Alpes-Maritimes c’est ici

La base mise à jour c’est ici

Sources :

Archives Municipales de Nice

Archives Nationales cote F23/13

Les réfugiés dans les Alpes-Maritimes pendant la guerre de 1914-1918 – Ralph Jean-Claude SCHOR 

Pour en savoir plus :

le site du Centenaire 14- 18 Nice

le guide des sources sur Nice durant la guerre

les archives départementales des Alpes-Maritimes cote 10 R

« Nice et la Grande Guerre de l’accueil à l’entraide » disponible Academia Nissarda Villa « Mauresque » – 30 rue André Theuriet – 06100 Nice